19.07 – La mandoline de Roberto Valentini, compositeur anglais célébré à Rome

Instrument populaire italien, la mandoline suscita un certain engouement dans les salons au XVIIIe siècle, léguant à la postérité un répertoire qui, s’il est loin d’être pléthorique, est très original et séduisant. Comme l’illustre l’ensemble Pizicar Galante avec ces trois sonates de Roberto Valentini, né Robert Valentine à Leicester.
19.07 – La mandoline de Roberto Valentini, compositeur anglais célébré à Rome
Au tournant des XVIIe et XVIIIe siècles, Rome est à l’apogée de sa splendeur. Robert Valentine (ca. 1674-1747), issu d’une appelée à dominer la vie musicale de Leicester au siècle de Lumières, s’y établit pour se faire une place au soleil en tant que flûtiste, hautboïste et compositeur, se faisant connaître sous le nom de Roberto Valentini. Il se fait un nom, travaille notamment avec Haendel et Corelli, connaît le succès et y mourra sans jamais retourner dans son pays natal. Il figure parmi les compositeurs pour flûte à bec les plus prolifiques. Valentini laisse également un recueil de sonates unique en son genre, citant la mandoline parmi les instruments de dessus envisageables : la Sonate per il flauto traversiero, col basso che possono servire per violino mandola et oboe, op.12.Le terme mandola employé sur la page de titre renvoie à la mandore, un petit instrument à cordes pincées en forme de poire utilisé à Rome à partir du milieu du XVIIe siècle. Au XVIIIe siècle, l’instrument est désigné par diverses variantes du terme mandolino, sa caisse est élargie et le nombre de ses cordes porté de quatre, initialement, à cinq, voire six chœurs de doubles-cordes. Entre autres chefs-d’œuvre du répertoire initialement destiné à cet instrument, citons les célèbres concerti pour mandoline d’Antonio Vivaldi. Le recueil de sonates de Valentini est l’un des deux premiers recueils imprimés qui soient spécifiquement destinés à la mandoline avec accompagnement de basse continue.Pizzicar Galante est un ensemble jeune et dynamique spécialisé dans le répertoire galant pour mandoline et basse continue (XVIIIe siècle). Son nom provient de l’italien pizzicare, qui évoque le son transparent et scintillant des cordes pincées. Les membres fondateurs Anna Schivazappa (mandolines baroques) et Fabio Antonio Falcone (clavecin) sont deux musiciens curieux et passionnés qui travaillent ensemble depuis 2012. Selon les exigences des programmes, l’ensemble se produit en formation à géométrie variable, avec la collaboration du violiste Ronald Martin Alonso et du théorbiste Daniel de Moraïs.
 
Mis en ligne le 14 July 2017 à 14h56