03.08 – Gabriel Fauré, une sensibilité toute française

La sensibilité toute française de Fauré, ennemie de l’emphase, s’exprime à travers la clarté et la finesse de ses mélodies et les subtilités de son écriture harmonique. Hélène Desaint et le Trio Sōra en apportent la preuve avec son deuxième quatuor avec piano.
03.08 – Gabriel Fauré, une sensibilité toute française
Trio Sora / Photo Verena Chen
La date de composition du deuxième Quatuor avec piano de Gabriel Fauré (1845-1924) est incertaine : entre 1885 et 1886. Le compositeur a déjà remporté un très beau succès avec son premier quatuor avec piano, l’opus 15 achevé en 1879 et maintes fois remanié ensuite. Qu’est-ce qui l’a poussé à réexplorer la même forme quelques années plus tard ? Il ne s’en est jamais expliqué.L’œuvre est relativement élaborée et d’une très grande richesse mélodique. On y trouve des éléments de la forme cyclique, c’est-à-dire des rappels de thème d’un mouvement à l’autre, sous des formes variées, qui donnent à l’œuvre son unité et créent l’impression d’une grande maîtrise de composition et sans doute d’une grande modernité. Ces allusions thématiques qui rappellent le premier mouvement dans les suivants sont plus des évocations en demi-teinte, des réminiscences que de véritables éléments dramatiques ; tout est subtil chez Fauré, ce maître du presque rien qui fait tout.Les musiciennes du Trio Sōra se sont rencontrées au Conservatoire de Paris (CNSMDP) et ont entamé leur carrière en se laissant guider par le sens du prénom amérindien Sōra: « oiseau qui chante en prenant son envol ». Le Trio Sōra se distingue par une incroyable osmose sur scène entre les trois musiciennes et une rare sensibilité musicale, influencée par la diversité des héritages culturels de chacune – Lettonie, Italie, Pays basque, France. Lauréat de plusieurs concours internationaux, le trio obtient cinq prix en France et à l’étranger et enregistre son premier CD en juin 2016 autour de Haydn, Beethoven et Mendelssohn. Depuis septembre 2016 le Trio Sōra est en résidence à la Chapelle musicale Reine Élisabeth, sous la conduite de l’Artemis Quartet.Née en 1984, Hélène Desaint débute l’alto au Conservatoire du XXe à Paris, avec Jean-Baptiste Brunnier. En 2004, elle intègre le Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Lyon et est diplômée avec les honneurs, en juin 2008. Elle se perfectionne actuellement avec Miguel da Silva à l’University of Music à Lübeck et, depuis décembre 2014, à la Chapelle Musicale Reine Élisabeth. Elle a joué pour de nombreux festivals en tant que soliste mais aussi avec des ensembles de musique de chambre.
 
Mis en ligne le 27 July 2017 à 23h09